Sélectionner une page

Au début du mois de mai 2018, Element ASA (Element) a obtenu un engagement de quatre ans de Alpha Blue Ocean (ABO) pour une facilité de titres convertibles de l’ordre de 500 M NOK. L’entente a été facilitée par la signature d’une lettre d’intention entre les deux parties, la facilité de crédit prenant effet lorsque certaines conditions auront été approuvées par les actionnaires. Le financement est également renouvelable pour le même montant à la discrétion d’Element, dans l’attente de l’approbation des actionnaires et de la pleine utilisation du financement. [1 : parag1]

La signature de la lettre d’intention signifie le rôle accru de ABO en tant que partenaire financier clé d’Element. Les termes de la facilité de crédit par titres convertibles ont été structurés de manière à favoriser Element, cette dernière considérant cela comme un instrument flexible conçu pour s’adapter à la volonté d’Element d’investir dans d’autres entités (Ambershaw et OMM).

L’utilisation des facilités de financement par titres convertibles s’accompagne de nombreuses caractéristiques uniques. Pour commencer, l’investisseur d’un tel accord prend un engagement irrévocable qui ne sera pas influencé par les changements futurs des conditions du marché, les termes de l’accord durant généralement entre deux et cinq ans. L’engagement est mis en œuvre par tranches, qui sont décaissées sur une durée ou conformément à un calendrier prédéfini. Par exemple, un accord peut impliquer cinq tranches de 2 millions de livres sterling pour un engagement de 10 millions de livres sterling.

Dans de tels arrangements, l’entité émettrice (dans ce cas, Element) contrôle la manière dont les tranches sont décaissées, tandis que l’investisseur contrôle la conversion des obligations en actions, ce qui est la condition essentielle d’un tel arrangement.

Un partenaire de financement unique

Alpha Blue Ocean a été créée pour fournir les capitaux nécessaires aux entreprises privées et publiques en phase de démarrage. Depuis sa création, le cabinet a été impliqué dans 16 accords avec plus de 30 collaborateurs à travers le monde, garantissant des engagements de 600 millions d’euros. La taille moyenne des engagements de ses partenariats est de 20 millions d’euros, et ils ciblent notamment l’énergie, la santé et la technologie.

ABO met l’accent sur une approche tactique globale de ses investissements, principalement grâce à l’utilisation d’un modèle de réseau neuronal artificiel connu sous le nom de « Darwin IQ ». Le modèle s’appuie sur l’exploration de données en temps réel et le deep learning pour identifier les paramètres qualitatifs et quantitatifs d’un investissement, puis ajuster en permanence et affiner la stratégie d’investissement pour prendre en compte toute modification de ces paramètres.

À la barre d’Alpha Blue Ocean, il y a Pierre Vannineuse, l’associé fondateur et directeur général qui dirige la stratégie d’investissement et représente le visage de l’entreprise. Il est le cerveau de la philosophie de financement innovante du cabinet, car il s’est inspiré de sa carrière consistant à mettre en œuvre des engagements directs et optionnels pour des projets et des entreprises internationaux. [3 : paragraphe 1-3]

Avant de lancer ABO, M. Vannineuse a dirigé Bracknor Investment Group, une entreprise familiale située à Dubaï aux Émirats arabes unis. En tant que fondateur et directeur général, il a supervisé le déploiement de plus de 400 millions d’euros de transactions transfrontalières et internationales sur une période de deux ans. C’est grâce à cette expérience qu’il a pris la décision de lancer Alpha Blue Ocean.

Au début de sa carrière, M. Vannineuse a travaillé pour ENGIE (ex-GDF SUEZ) en France en tant que conseiller financier pour les fusions et acquisitions. À ce titre, il a contribué à la clôture de plus de 12 opérations de financement de projets éoliens tout en jouant un rôle dans les appels d’offres juridiques pour les actifs de production d’énergie. Il a également travaillé en tant que professionnel de l’investissement pour une société d’investissement alternatif à Londres, où il s’est impliqué dans tous les aspects transactionnels des opérations.

Pierre Vannineuse est polyglotte (il parle couramment l’anglais, le français et l’allemand) et titulaire de deux diplômes de la NEOMA Business School en France.